Guide du touriste en @




Vacances en famille


Vous aimez les vacances en famille ? Alors, il faut l'avouer, @ ne sera certainement pas votre destination idéale. Vous savez que dans ce pays les familles n'existent pas. Elles existent même si peu que la notion même de famille est absente de la vie concrète des habitants de ce pays. Ni les lois, ni les mœurs, ni les représentations des gens ne se réfèrent à la famille. On n'en a qu'une idée assez abstraite, comme une structure sociale ancienne, périmée, quoique encore présente partout à l'extérieur des frontières. Cette idée est franchement négative en général, parce que la famille y est vue comme la source d'une grande partie des malheurs des sociétés qui en ont fait le fondement de leur ordre, ou qui l'ont même simplement conservée.

Le plus souvent, les vacances en famille, c'est un moment où les parents veulent vivre dans une plus grande intimité entre eux et avec leurs enfants, et surtout avec leurs jeunes enfants, puisque les plus grands se rendent indépendants et commencent à éviter ce qu'ils éprouvent comme un enfermement plutôt ennuyeux dans la famille. Or vous savez sans doute que ce rapport entre parents et enfants n'existe pas en @. Les enfants ne connaissent pas leurs géniteurs, et ils sont éduqués à part, dans des provinces éducatives, sans la moindre notion de famille. Pour cette raison, on ne trouve à peu près pas d'enfants dans la société des adultes, et inversement, en dehors des éducateurs, il n'y a pas d'adultes chez les enfants. La société est divisée en deux mondes différents et séparés, celui des enfants, dans les provinces éducatives, et celui des adultes, dans toutes les autres provinces. Autrement dit, dans la société des adultes on ne rencontre à peu près pas d'enfants, et rien n'y est prévu ni fait pour eux, alors que dans les provinces éducatives tout est fait au contraire pour eux. Voilà pourquoi on ne voit pas en @ de groupes analogues à ceux des familles, exclues dans ce pays. C'est pourquoi aussi les vacances en famille sont impossibles en @. Vous ne pourrez donc pas emmener vos enfants pour vous accompagner dans vos vacances, parce qu'ils ne peuvent vivre dans la société des adultes, et que, d'autre part, les provinces éducatives sont réservées aux enfants de @, et ne vous seraient de toute façon pas accessibles en tant qu'adultes. Par conséquent, si vous tenez à aller dans ce pays, il faudra vous résigner à vous séparer de vos enfants.

Si vous êtes scandalisé par ces interdictions et que vous les considérez comme tout à fait arbitraires, voire contre nature, vous apprécierez peut-être que je vous dise deux mots des raisons pour lesquelles les @ ont établi cette séparation dans leur société, et pourquoi ils l'imposent aux étrangers qui viennent chez eux. Soyez sans crainte, je ne me lancerai pas dans des explications sans fin, et je tenterai de vous présenter ces justifications simplement et brièvement.

Vous savez que les @ ont aboli les familles. C'est bien connu, et c'est un sujet de réprobation des plus fréquents. Je n'insiste pas sur ce qui les a conduits à une telle décision. Ils estimaient que les enfants devaient en quelque sorte être libérés de l'autorité arbitraire des parents et éduqués sérieusement pour eux-mêmes par l'État. Ils attribuaient aussi à la famille de nombreux défauts graves de nos sociétés, comme, entre autres, la constitution inévitable de classes sociales avec des intérêts divergents, en lutte perpétuelle les unes contre les autres. Mais restons-en à l'idée que les enfants sont mieux éduqués par une institution d'État spécifique, consacrée entièrement à leur éducation. Pour rendre cette éducation efficace, ils ont jugé qu'il fallait séparer les enfants non seulement de leur famille naturelle, ou de leurs parents biologiques, mais aussi de la société générale des adultes, organisée en fonction des besoins de ceux-ci, qui sont différents et souvent incompatibles avec ceux de l'éducation des enfants. C'est pourquoi ils ont créé les provinces pédagogiques, fortement séparées des autres, et consacrées entièrement aux exigences de l'éducation des enfants. En séparant les enfants du monde des adultes, ils prétendaient également libérer celui-ci des restrictions que lui imposait la nécessité de tenir compte des conditions propres à l'éducation des enfants. On sait qu'il y a bien des choses que les enfants ne doivent pas voir avant tel âge, et qu'ils ne doivent pas faire non plus, bien sûr, en imitant les adultes. Pour cette raison, ces choses doivent être cachées aux enfants, voire interdites aux adultes pour cette seule raison, si bien que, dans cette mesure, ils doivent se comporter eux-mêmes comme les enfants. Cela n'est plus nécessaire quand les enfants ne participent plus à la vie des adultes, qui sont ainsi libérés à leur tour. Pour prendre un cas très banal, songez par exemple à la consommation d'alcool, qu'il faut interdire aux enfants, et dont il faut aussi leur cacher les effets, ou les en protéger, ce qui conduit à régler cet usage chez les adultes en fonction de cette exigence, alors que sans ce souci, le rapport à l'alcool peut être vu tout autrement. Entre parenthèses, en prenant cet exemple, je ne veux pas dire que les @ promeuvent l'alcoolisme. Ou songez à tout ce qu'il faut s'abstenir de dire en présence d'enfants.

Une fois cet ordre établi pour les habitants, il se posait le problème de savoir comment traiter les familles étrangères qui voulaient visiter le pays ou venir s'y installer. Fallait-il faire une exception pour leurs enfants ? On voit bien que l'effet de leur dispositif aurait été ruiné. L'introduction de ces enfants dans la société des adultes aurait été néfaste aux enfants, qui auraient dû vivre dans un milieu hostile à leur éducation, tandis que de l'autre côté les adultes auraient dû renoncer à leur liberté pour tenir compte de la possible influence négative de leurs comportements sur ces enfants.

Vous voyez que pour le bien à la fois de vos enfants et des adultes de @, il fallait interdire la présence de familles dans le pays.

Que faire donc, pour les familles désireuses de se rendre en @ ? Le mieux, et de loin, est de laisser les enfants chez soi, en les plaçant dans la famille ou dans d’autres institutions, et de venir sans eux. Si vous insistez pour venir avec vos enfants, alors vous devrez de toute façon vous séparer d'eux à la frontière, soit pour les renvoyer chez vous, soit pour les confier à des institutions de @ qui s'occuperont d'eux durant votre séjour à des prix assez concurrentiels par rapport à ceux d'institutions semblables ailleurs.

Mais vous craindrez peut-être qu'ils ne se fassent endoctriner si vous les confiez à des éducateurs de ce pays aux idées si bizarres. Si vous m'en croyez, le risque est minime. Vos enfants recevront bien une certaine éducation, mais pour ainsi dire sans contenu sous la forme de savoirs et de croyances. On se contentera de chercher à développer chez eux une série d'aptitudes physiques et mentales, la force, la souplesse, l'habileté corporelle, la mémoire, l'imagination, l'acuité perceptive, l'argumentation, la rhétorique, en principe sans orientation idéologique. Vous les retrouverez même presque aussi ignorants des conceptions de la vie des @ que lorsque vous les y aurez laissés — et on n'aura pas même essayé de les rendre critiques par rapport à la famille, si telle était votre principale crainte.

Quant au reste de la famille, généralement le couple des parents, il devra se souvenir aussi du fait que la famille n'existe pas, même sans les enfants. Vous ne serez plus des conjoints, mais deux amis indépendants durant votre séjour en @. Et c'est pourquoi je conseille aux couples de lire déjà tous deux ce guide, comme deux individus indépendants.

Cela ne s'annonce-t-il pas comme une expérience inoubliable pour des « vacances en famille » très originales ?