Guide du touriste en @




Et si vous avez un accident ou si vous tombez malade

On conseille au touriste prudent de prendre une assurance au cas où il aurait un accident ou tomberait malade, quel que soit le pays où il va. Ce conseil vaut aussi pour ceux qui viennent en @. Si vous préférez prendre davantage de risque en vous passant d'assurance, ce risque ne sera pas énorme, parce qu'on ne laisse personne sans secours dans ce pays. On vous soignera donc sans faute si votre santé ou votre vie est en danger. Seulement, quand on pourra le faire sans danger pour vous, on vous renverra dans votre pays pour la suite de vos soins, tandis que ceux qui ont une assurance pourront, selon leur contrat, se faire soigner dans les cliniques privées de @.

Tout cela est rassurant. Mais, me demanderez-vous, que vaut la médecine de ce pays ? Car vous aurez entendu sur ce thème des avis divers et contrastés. Certains vantent leur science médicale, et d'autres racontent des horreurs sur l'attitude des @ face aux malades. Il s'est même répandu l'opinion qu'il vaut mieux se trouver parmi les cannibales que dans un hôpital de ce pays étrange, où l'on n'attend que l'occasion de mettre à mort les pauvres malades qui ont eu la mauvaise fortune d'y entrer. Pour dissiper les craintes que ces rumeurs ont répandues, il faut que je vous explique une ou deux choses concernant l'attitude des @ face à la maladie et à l'euthanasie, qu'ils pratiquent effectivement, mais d'une manière qui ne devrait pas trop vous effrayer puisqu'on y procède en endormant agréablement les candidats, et avec leur plein consentement.

Il faut savoir d'abord que, dans ce pays, on voit deux versants à la médecine. D'un côté, elle est simplement curative, et de l'autre elle est méliorative. Ce qu'on entend par ces deux termes, tels qu'utilisés ici dans ce contexte médical, c'est que, dans le premier cas, on cherche simplement à guérir la maladie ou la blessure, et dans le second, on vise à améliorer la condition du patient. Cette distinction est importante, même si elle est loin d'être tranchée et facile à utiliser. On pourrait dire que la médecine curative se tourne principalement vers le mal pour le traiter, tandis que la médecine méliorative se concentre sur le perfectionnement. Ainsi, grossièrement, traiter une grippe est d'ordre curatif, tandis que faire de la chirurgie esthétique est généralement mélioratif. En somme, dans la pratique, on trouve une distinction semblable dans nos pays, où les assurances tendent à couvrir les interventions curatives, mais non les mélioratives.

D'habitude on met l'accent principal sur la médecine curative. En @, c'est l'inverse. Certes, la médecine curative y joue un rôle assez important, et on soigne efficacement de nombreuses maladies, aussi bien que dans les meilleurs hôpitaux de chez nous. Et comme je vous le disais, l'accès premier à ces soins est ouvert à tous et gratuit, si bien que dès que vous êtes dans le pays, vous pouvez y recourir. Cependant, l'accent principal est mis sur la médecine méliorative, aussi bien dans la recherche que dans la pratique. On privilégie les traitements qui améliorent nettement la santé et les capacités des gens, par rapport aux cures qui atténuent les maladies sans permettre pourtant la parfaite guérison. Si vous voulez, la médecine curative est estimée différemment selon qu'elle est capable de vous débarrasser entièrement de vos maux, ou qu'elle ne fait que les amoindrir et permettre une vie diminuée. On considère comme des cures efficaces tous les traitements qui vous débarrassent d'une maladie normalement guérissable, sans soins de très longue durée. Autrement, les cures qui durent et maintiennent en vie, quoique avec une santé diminuée et un mode de vie passablement altéré, sont vues comme des cures plutôt inefficaces et d'une valeur moindre. Dans ce cas, on préfère, plutôt que de prolonger ce type de cure, se tourner dans la mesure du possible vers des traitements mélioratifs, y compris lorsqu'ils sont plus dangereux pour le patient, dès qu'il y a quelque chance de succès. C'est pourquoi les hôpitaux de @ sont moins bien équipés pour les cures à long terme de maladies difficilement guérissables. Et lorsqu'aucun traitement mélioratif n'est possible dans ces cas, on limite la cure au soulagement de la souffrance.

A ce propos, il est bien vrai qu'à ce moment, la solution de l'euthanasie est considérée. Mais, comme je le faisais remarquer ci-dessus, on ne la pratique sur des patients capables de conscience qu'avec leur accord explicite, vérifié selon des procédures qui doivent assurer que la décision n'a pas été prise impulsivement ou sous des pressions extérieures. Par ailleurs, l'euthanasie n'est pas réservée aux malades ou à ceux qui souffrent de manière chronique, mais elle est ouverte à tous ceux qui la désirent, pourvu qu'ils se soumettent à ces procédures qui peuvent durer quelques mois. Toutefois ce sujet de l'euthanasie ne vous concerne pas comme touriste, parce que, si vous ne pouvez être soigné rapidement, vous serez renvoyé dans votre pays d'origine, et que l'accès volontaire à l'euthanasie est réservé aux habitants de @.

Ces quelques mots sur l'attitude par rapport à la médecine en @ devaient donc servir surtout à vous tranquilliser par rapport aux craintes qu'on répand à tort à son sujet, et qui vont jusqu'à empêcher certains de venir visiter le pays, de peur de se trouver pris par accident dans un système de santé qui pourrait leur être néfaste et les conduire éventuellement à une euthanasie non désirée. Je voulais aussi éclairer ceux qui ont au contraire été frappés par la réputation de la médecine de @, et qui voudraient s'y faire soigner. Premièrement, je rappelle que les hôpitaux publics ne se chargent que des premiers soins des étrangers, avant de les renvoyer chez eux. Il faut donc aller dans les cliniques privées pour des soins prolongés sur place. Mais il faut savoir que les points forts sont généralement dans ces cliniques les mêmes que dans les hôpitaux publics, à savoir la médecine méliorative. Pour soigner une maladie chronique, difficilement guérissable, et pour laquelle on n'a pas de solution en médecine méliorative, il n'y a aucune raison de choisir @, et dans certains cas il est recommandé de se faire soigner ailleurs, vu l'attention moindre qu'on y accorde à la médecine curative. En revanche, si vous vous êtes renseigné et que vous savez qu'il existe des traitements mélioratifs efficaces, le choix des cliniques de @ peut être très pertinent. C'est la raison pour laquelle on voit des sportifs du monde entier, par exemple, venir suivre ici de tels traitements.

Il faut savoir aussi que vous allez être confronté dans ce système médical à une façon probablement inhabituelle pour vous de discuter avec les patients. D'une manière générale, on vous demandera davantage votre opinion. Mais cela implique des explications assez directes et objectives concernant à la fois votre état de santé précis, les traitements possibles et leurs effets envisageables. On tend donc à discuter avec vous de manière très ouverte et directe, en entrant en matière sur la qualité de la vie que vous pourrez avoir, sur l'évaluation de cette qualité, et sur des choix qu'on n'envisage pas ouvertement chez nous, tels que précisément le choix de la mort. Plusieurs préfèrent rester dans l'illusion et n'apprécient absolument pas cette sorte de franchise assez crue tout à fait courante en @. Plusieurs préfèrent aussi s'en remettre à leur médecin, sans vouloir décider eux-mêmes, ce qui n'est pas possible dans ce système où l'on vous met sous les yeux les diverses possibilités entre lesquelles on vous laisse choisir, ou plutôt entre lesquelles on vous demande de choisir vous-même.

Mais, si vous désirez venir passer de simples vacances ici, j'aurais tort d'insister trop sur un sujet si peu agréable et dont, espérons-le, vous n'aurez pas à vous préoccuper. Je me contenterai de vous indiquer encore ci-dessous comment trouver de l'aide, des médecins ou appeler les secours.